Assurance : comment changer de couverture habitation ?

assurance habitation

Publié le : 02 janvier 20247 mins de lecture

Obligatoire pour les locataires d’un bien immobilier et conseillée aux propriétaires occupants, l’assurance habitation couvre certains risques. Ces derniers vont des plus courants à des aléas moins fréquents. Le meilleur contrat à cet égard est celui qui procure une protection sur mesure, conforme aux spécificités de l’habitation à assurer.

Pourquoi remplacer son ancienne assurance ?

Plusieurs motifs justifient un changement de contrat et surtout, de compagnie d’assurance. Certains assurés, après un sinistre, peuvent avoir trouvé leur suivi insatisfaisant. Même si les préjudices pris en compte par les compagnies d’assurance sont les mêmes, l’interaction entre leurs agents et les sinistrés peut varier. La qualité du service doit rester la priorité pour un assureur, en plus de la juste application des conditions du contrat. Cette légitime exigence de la part de la clientèle concerne aussi bien les contrats souscrits auprès d’un agent général que d’une compagnie d’assurance. Une autre solution existe pour répondre aux attentes des locataires et propriétaires en quête du contrat habitation ad hoc. Sur cette page, vous découvrirez les prestations d’une assurance adossée à une banque réputée. Une formule de ce type s’ajuste aux besoins spécifiques des potentiels souscripteurs. En fournissant les indications nécessaires en ligne, sur l’interface dédiée et sécurisée, il est facile d’obtenir un aperçu de son nouveau potentiel contrat. Le tarif de celui-ci correspond aux informations transmises. La superficie de l’habitation et le nombre de ses pièces constituent un critère essentiel. À cette caractéristique s’ajoute l’estimation des biens abrités dans ce lieu. Il faut aussi prendre en considération l’ancienneté de l’habitation. Les membres de la maisonnée, plus ou moins nombreux, ont également une importance dans le calcul de la prime d’assurance. Cela s’avère bon à savoir pour toute personne qui cherche comment souscrire une assurance habitation accessible et transparente dans ses détails. Selon les nécessités propres à votre logement, les garanties proposées diffèrent. Plus les risques semblent importants, plus elles sont variées. Du point de vue légal, une protection minimale s’impose aux locataires. Elle est désignée comme la « garantie risques locatifs ». Le bénéficiaire des éventuelles indemnisations en cas de sinistre(s) est alors le propriétaire. Son bien immobilier peut en effet être frappé par un incendie ou autre dommage.

Choisir les risques à couvrir

Le contrat dit multirisque habitation présente une protection plus étendue que la simple assurance « risques locatifs ». Il peut être modulé en fonction des nécessités individuelles. Le plus souvent, ce type de contrat inclut une couverture importante : celle de votre logement mais aussi celle des biens à l’intérieur. En outre, cette formule intègre également une responsabilité civile par rapport aux tiers. La base de cette assurance concerne la protection du bien immobilier lui-même, maison ou appartement. Si nécessaire, le garage et d’éventuelles dépendances sont également couverts. En ce qui concerne les biens, ce sont les meubles et autres possessions situées sur place (à l’adresse du domicile) qui font l’objet d’une potentielle indemnisation. Les biens abrités par le logement correspondent au second pan de l’assurance multirisque habitation. Dans le premier volet de ce contrat, différentes garanties sont proposées pour couvrir les préjudices que pourrait subir votre logement. Les assurés en privilégient certaines, parmi lesquelles l’assurance dégât des eaux. Souvent, les locataires ou propriétaires choisissent aussi de se prémunir contre les risques d’incendie et de vol. Le gel fait en outre partie des aléas qui peuvent endommager des équipements dans les dépendances d’une maison. Pour la garantie dommage aux biens, il s’avère aussi possible de constituer un contrat « à la carte ». L’électroménager est habituellement assuré, car les appareils de ce type sont vulnérables en cas de sinistre. En plus, ils sont coûteux à remplacer s’il s’agit d’équipements technologiques. Leur indemnisation potentielle s’avère donc rassurante pour les assurés. Les garanties optionnelles peuvent prendre en considération des aléas liés aux biens high tech, du style tablette. Au moment de la signature du contrat, les souscripteurs peuvent opter pour la garantie valeur à neuf. Cette précaution permet une meilleure indemnisation des biens assurés. Ce montant est conditionné aux indications fournies par le signataire.

Que faire après un sinistre ?

Selon l’importance et la dangerosité du sinistre, il vaut mieux avant tout assurer la sécurité des occupants de l’habitation au moment où il survient. Ensuite, le propriétaire ou locataire a tout intérêt à contacter son assureur dans les plus brefs délais. Une certaine période est imposée à cet égard. Si la déclaration se révèle trop tardive, les conditions du contrat ne sont pas respectées et cela risque d’annuler l’indemnisation prévue. Le signalement peut se faire de plusieurs manières : par téléphone ou en ligne, voire par courrier traditionnel transmis via la poste. Des justificatifs sont requis dans certains cas, notamment en cas de cambriolage. Le signalement de ce sinistre auprès de l’assureur doit s’accompagner d’une copie du dépôt de plainte au commissariat (ou à la gendarmerie). Lorsqu’il s’agit d’un dégât des eaux, avec des conséquences chez le(s) voisins(s), chacun doit remplir un constat amiable. Dans l’hypothèse d’une catastrophe naturelle (inondation, tempête …), une copie de votre déclaration à l’assureur doit être transmise à la mairie de votre lieu de résidence. Les autres situations ne nécessitent pas de justificatifs officiels pour d’autres interlocuteurs que l’assureur. Gardez à l’esprit que l’assurance habitation peut être résiliée, mais selon un processus codifié. La démarche est en effet définie par le Code des assurances, avec une protection notable à l’égard des souscripteurs. Le décret n° 2023-182 en date du 16 mars 2023 encadre les conditions d’une résiliation d’assurance habitation. Celle-ci peut être réalisée en ligne depuis le 1er juin 2023, si la souscription a également été réalisée ainsi. L’opération peut avoir lieu en fin de contrat, ou à une date postérieure au paiement de la première échéance. Par ailleurs, un changement de situation de l’assuré peut aussi justifier une telle résiliation. L’assurance habitation s’avère donc une protection appréciable pour éviter des dépenses parfois très onéreuses, lors de circonstances imprévues.

Plan du site